À un moment ou la majeure partie de la société pratique régulièrement du sport, de nombreux parcours et compétitions se développent sur les territoires nationaux et internationaux. Dans le domaine du running, la compétition par excellence est le triathlon. Cependant, même si elles sont moins massifiées, les parcours avec tests et obstacles attirent l’attention, de par leur exigence et leur virtuosité.

Comment puis-je me préparer à un parcours d’obstacles ?

Nous vous donnons 10 conseils qui vous aideront à vous préparer à ce type de parcours sans vous arrêter en chemin !

  1. Choisissez une bonne distance : La première chose à faire est d’être honnête avec soi-même. Choisissez bien la dureté du parcours auquel vous souhaitez participer en fonction de votre expérience préalable, de votre état physique au début de l’entraînement et du temps libre que vous avez pour vous entraîner. Les 5 ou 7 kilomètres sont très bien pour commencer. À partir de 12 kilomètres, il est plus convenable d’avoir essayer les plus petits parcours. 
  2. Équipez-vous correctement : Nous faisons autant référence à l’équipement sportif qu’au personnel. Les entraînements doivent être aussi durs que le test auquel vous devrez faire face. Mais il est fondamental d’être accompagné d’une personne qui vous encourage, vous aide et vous motive. Dans ce cas, cela fonctionne très bien si vous affrontez l’entraînement avec une équipe de personnes qui ont le même objectif que vous. Cherchez quelqu’un qui peut s’entraîner en même temps que vous, avec une condition physique similaire à la votre (ou légèrement supérieure). 
  3. Entraînez-vous à courir : Au moins deux fois par semaine. Durant la semaine, lorsqu’on a moins de temps, 45 minutes peuvent être suffisante (une heure c’est mieux), et pendant le weekend il faut essayer d’arriver à 1 heure et demie. C’est la manière d’être dans de parfaites conditions le jour du parcours. Et il ne s’agit pas de courir et courir… puisque les obstacles du parcours provoqueront de la fatigue et des changements de rythme que vous devez avoir entraîné. C’est pour cela qu’il est très important d’introduire des changements de rythme pendant l’entraînement. 
  4. Modifiez vos parcours d’entraînement : Profitez de n’importe quelle excuse et de n’importe quelle opportunité pour varier vos parcours. Vous habituerez votre corps à n’importe quel type de terrain ou de parcours. C’est pour cela qu’il est plus adapté de se rendre en forêt ou sur une piste forestière, où vous pouvez trouver d’autres pentes facilement.
  5. Faites attention où vous marchez : Nous n’allons rien ajouter de plus… Soyez simplement conscient qu’avec ce type d’entraînement, il est plus facile de faire un mauvais pas. 
  6. Préparez vos abdominaux à la souffrance… : Lorsque vous avez une forte douleur dans l’abdomen après un parcours d’obstacles, c’est souvent parce que vous n’avez pas assez entraîné vos abdominaux. Lors de ces tests, les jambes sont seulement une des zones du corps qui intervient. N’oubliez pas de vous entraîner de manière intense ! 
  7. … Et vos bras pour hurler : Vous allez devoir lever des pierres, charger des poids, monter aux cordes, sur les murs… Sans avoir des bras forts, vous aller devoir vous arrêter en chemin. Pour les renforcer, il n’y a pas beaucoup de secrets, mais de nombreux exercices qui vous aident. Pour mentionner les plus habituels : Fonds et dominées. 
  8. Pas de l’ours (bear crawls) : En anglais, on peut avoir l’impression qu’il s’agit d’un nouveau style de natation… Mais non. Il s’agit d’un exercice qui peut nous aider lorsqu’on doit se traîner au sol. Avec les mains au sol, près de chaque pied, on avance en levant alternativement le pied et la main du même côté. Comme un ours en plein parcours (même si on peut avoir l’air d’une grenouille…) 
  9. Entraînez votre mental : Comme pour n’importe quelle compétition, mais pour ce type de compétitions, nous allons être en dehors de notre zone de confort de manière permanente. Et la question de « pourquoi dois-je continuer ? » surgit à n’importe quel moment. Mais c’est important d’aller toujours plus loin pendant les entraînements. S’obliger même lorsque l’on a des sensations désagréables. C’est là que votre compagnon d’entraînement peut jouer un rôle fondamental.

Amusez vous! Parce qu’au final, il s’agit juste de ça.

Achetez-Vous les produits pour fair du sport chez Deporvillage

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here