5 erreurs d’entretien du vélo à éviter – partie 1

Les erreurs d’entretien de notre vélo font l’objet de ce post. Nous avons vu spécifiquement comment changer la chaîne, comment changer la chambre à air, comment entretenir son vélo en général, mais aujourd’hui nous voulons lister une série d’erreurs que nous faisons souvent et qui peuvent causer des problèmes.

Comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir.

1- NE PAS VÉRIFIER LE PNEU APRÈS UNE CREVAISON

Une fois, lors d’une de mes premières sorties il y a plusieurs années, j’ai crevé 4 fois et j’ai finalement dû demander à mon père de venir me chercher (heureusement, il y avait déjà des téléphones portables). 

Pourquoi ?

Parce que je changeais simplement la chambre à air, sans vérifier le pneu. Mais il arrive souvent que le morceau de verre ou l’écharde, ou en tout cas l’objet à l’origine de la crevaison, reste coincé dans le pneu. Ainsi, une fois le nouveau pneu installé, il crève en un rien de temps.

Le conseil est de toujours donner quelques coups à la chambre à air crevée, de comprendre où se trouve le trou et, en partant de là, d’aller voir s’il y a quelque chose de coincé dans le pneu. 

2- NE PAS PRENDRE SOIN DE LA TRANSMISSION

La chaîne est ce qui transfère notre force au vélo. Vous voyez donc à quel point il est important de prendre soin d’elle.

La plus grande erreur est de l’enduire sans la dégraisser ni la nettoyer au préalable : ce faisant, vous vous assurez seulement qu’elle attire encore plus de saleté. Et, de cette façon, elle s’use plus vite.

La deuxième grande erreur est d’utiliser les mauvais lubrifiants et, surtout dans le cas des huiles en spray, d’aller salir aussi le dérailleur, les freins à disque, les pistes de freins, etc.

3- NE PAS AJUSTER LES LIMITES DU DÉRAILLEUR

Les limites du dérailleur sont de petites vis qui permettent de régler le dérailleur avant et arrière. Un réglage non optimal signifie que la chaîne peut tomber, à l’avant comme à l’arrière, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Le pire qui puisse arriver : si la chaîne tombe en arrière et se coince entre le plus grand pignon et les rayons, la roue peut se bloquer complètement. En plus d’abîmer tous les rayons, il est facile de tomber.

4- TROP SERRER LES VIS OU PAS ASSEZ

La clé est la clé dynamométrique. C’est un outil qui n’existait pas il y a des années et c’est la raison pour laquelle, même aujourd’hui, certains cyclistes un peu plus âgés pensent qu’ils peuvent s’en passer. Au contraire, elle est indispensable !

Chaque vis a son propre serrage spécifique : un serrage trop ou pas assez fort ne fait que causer des problèmes. 

Répétez après moi : clé dynamométrique, clé dynamométrique, clé dynamométrique, clé dynamométrique, clé dynamométrique…

5- SE TROMPER DE SENS DE ROTATION 

Presque toutes les vis d’un vélo se serrent dans le sens des aiguilles d’une montre et se dévissent dans le sens inverse, et jusqu’à présent, cela ne pose aucun problème.

La pédale gauche, en revanche, fonctionne en sens inverse, pour éviter qu’elle ne soit dévissée en pédalant. C’est pourquoi il faut appuyer sur la pédale dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Tenter de faire le contraire peut causer des problèmes avec l’écrou et l’endommager. L’astuce à retenir : les deux pédales se vissent vers la roue avant et se dévissent vers la roue arrière.

De temps en temps, le pédalier peut également être vissé dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, mais c’est écrit sur son boîtier et vous ne pouvez pas vous tromper.

Le dernier exemple concerne les rayons : pour les serrer, il faut les visser dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, car en réalité, on agit sur le niple qui est la partie femelle et non sur le rayon qui est la partie mâle.

Trouvez tous les produits de cyclisme sur Deporvillage.

Stefano Francescutti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *