Le Col du Galibier, au même titre que l´Alpe d´Huez et le Col d´Izoard, fait partie des ascensions alpines qui ont marqué l´Histoire du Tour de France et du cyclisme en general. Il est possible d´arriver à ce col depuis le versant nord, en sortant de Saint Michel de Maurienne par le Col du Télégraphe ou depuis le versant sud, en passant par le Col du Lautaret.

Plus d´information sur le Col du Galibier

Le Col du Galibier est un col de montagne situé à 2.642 mètres d´altitude et il fait la fronteire entre la partie des Hautes-Alpes et la Savoie, et relie en même temps la vallée de Maurienne avec la vallée de Guisane.

Depuis l´année 1911, les cyclistes du Tour de France l´ont parcouru plus de 60 fois et il a été classé comme ascension Hors Catégorie.

Le Col du Galibier depuis le versant nord

Il commence à Saint Michel de Maurienne, avec une hauteur d´un peu plus de 700 m. Bien qu´il soit possible d´arriver facilement au village en voiture, nous vous conseillons de vous garer quelques kilomètres avant pour vous échauffer avant de commencer la route (la vallée de Maurienne est parfaite car elle comporte peu de dénivelé.)

L´ascension a une distance de 35 kilomètres et une pente de 5,5%.

Départ et Col du Télégraphe

Nous laissons derrière nous Saint Michel de Maurienne, et au bout de 12 premiers kilomètres, nous atteignons le Col du Télégraphe, qui est, selon moi, la partie la moins jolie et la plus facile en même temps. Une côte presque constante de 7%, de nombreux virages où reprendre notre souffle, des arbres qui apportent fraîcheur et ombre (même en été) et des vues sur le Fort du Télégraphe : dans ces conditions il est possible d´atteindre la colline plus facilement.

Valloire

Après avoir passé la colline, l´altitude baisse de 150 m pendant presque 5 km. On arrive à la célèbre station de ski de Valloire; c´est là que les 18 km de montée commencent jusqu´au Col du Galibier.

Après le premier morceau du chemin de fort dénivelé, qui nous amène à l´extérieur du centre ville, la route s´applanit légèrement et le paysage change. Peu à peu, les arbres disparaissent et on se retrouve entouré de pierres; on continue à monter sans s´arrêter, sans côtes importantes, jusqu´au km 27.

Les derniers kilomètres

À 7 km du sommet, la partie la plus difficile de toute l´ascension commence au Col du Galibier, Après un virage très prononcé à droite, la route grimpe. On se retrouve à 2000 m d´altitude et, à partir de ce moment, il y a un dénivelé entre 8% et 9% : c´est la dernière partie de la montée, la plus exténuante mais aussi la plus fascinante.

Après quelques virages serrés, on pénètre dans la très grande vallée; au loin on aperçoit le Col du Galibier, ce qui redonne du courage après avoir pédalé plus de 30 km en montée. On a enfin un point de référence, et comme par magie, les jambes commencent à pédaler plus vite et on ne sent presque plus la fatigue. Presque.

On se trouve dans les 3 derniers  km, dans un état de quasi inconscience, entre l´altitude, la fatigue et la magestuosité qui nous entoure.

À 2642 m, l´air est très frais, même froid, car aujourd´hui la météo n´est pas de notre coté. Le temps de prendre une photo, de contempler le spectacle de la nature puis on se couvre pour descendre par le même chemin.

Et nous revoilà, grelottant de froid, de nouveau à Saint Michel de Maurienne.

– Une bière ?

– Oui, s´il vous plaît.

Vous pouvez lire aussi : Le Col du Nivolet en vélo de course

Recommandations

  • S´agissant de haute montagne, il est bon de contrôler le temps avant de monter sur le vélo.
  • Nous recommandons de le faire en Juillet-Août, quand les températures sont plus élevées.
  • Il n´y a pas beaucoup de fontaines sur le chemin, c´est pourquoi, on vous conseille d´avoir deux bidons, surtout lors des mois les plus chauds.

Stefano Francescutti

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here