Comment améliorer le freinage sur un vélo de route

Bien freiner sur un vélo est l’une des actions les plus importantes pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour votre propre sécurité. La chose la plus importante à garder à l’esprit est que savoir contrôler correctement le freinage peut faire la différence entre « se tenir debout » et « goûter l’asphalte ».

Ensuite, nous avons les raisons qui ont trait à l’obtention d’une bonne performance : une bonne technique de freinage permet de réduire la vitesse si nécessaire, tout en garantissant que vous êtes prêt à relancer le vélo rapidement.

Enfin, savoir freiner correctement aide à être plus ordonné sur la route, en respectant les autres. Nous nous expliquons : lorsque nous conduisons, il y a une grande différence entre avoir une voiture devant qui accélère et freine constamment dans les virages, et une voiture qui va à une vitesse et un mouvement constants, n’est-ce pas ?

Voici donc quelques conseils pour apprendre à freiner comme un professionnel. Il vous sera utile, ainsi qu’à vos compagnons de route.

QUEL FREIN UTILISER ?

Peu importe le type de frein choisi, que vous vous en teniez au frein à mâchoires classique ou que vous soyez passé au frein à disque, la physique ne change pas. Si vous freinez avec le frein avant, le vélo aura tendance à se pencher vers l’avant, tandis que si vous freinez avec le frein arrière, le vélo aura tendance à continuer à rouler en bloquant la roue arrière, ce qui peut causer un dérapage.

Ce sont deux mouvements opposés. Il est donc important de savoir comment utiliser les deux leviers de frein, en dosant correctement la force utilisée sur chacun d’eux pour obtenir un freinage parfait. 

LE FREIN AVANT

C’est le frein le plus puissant des deux. Si nous sommes sur une route sèche, avec un asphalte parfait et le vélo perpendiculaire au sol (sans inclinaison due à un virage), nous pouvons l’utiliser en freinant très fort sans perdre en sécurité. C’est la meilleure façon de perdre de la vitesse rapidement et sans trop avancer. Dans ce cas, il est important placer le poids du corps à l’arrière pour éviter d’avoir l’impression de basculer vers l’avant. 

Si, en revanche, nous nous trouvons sur une route au revêtement irrégulier, plein de nids de poule, de trous et/ou humide, les choses changent complètement. Si vous vous contentez de « serrer » le frein avant, vous risquez de bloquer la roue et de tomber. Par conséquent, lorsque vous êtes dans ces conditions, vous devrez aussi utiliser un peu le frein arrière.

C’est différent dans les virages. Dans cette situation, nous devons éviter d’utiliser le frein avant, car cela vous empêcherait de suivre correctement le virage et pourrait vous en faire sortir.

LE FREIN ARRIÈRE

Le frein arrière, en revanche, est le moins incisif des deux. C’est le frein recommandé à tout moment lorsqu’il n’est pas approprié d’utiliser l’avant.

Ainsi, nous recommandons l’utilisation de ce frein chaque fois que nous devons effectuer un freinage léger et progressif. C’est aussi le frein à utiliser quand on se rend compte qu’on est entré trop vite dans un virage. Dans ce cas, nous compenserons le freinage avec ce frein, qui ne fera pas lever le vélo, comme ce serait le cas si nous ne freinions qu’avec le frein avant. 

LE TEST

Voulez-vous faire un test pour voir réellement la différence d’efficacité entre les deux freins ? C’est très simple :

Rendez-vous sur un parking sans voiture et fixez un point au sol qui vous servira de « point de départ ». Éloignez-vous de ce point et commencez à rouler à environ 30 km/h, dirigez-vous vers le point que vous avez marqué et, juste quand vous êtes en dessus, appuyez sur l’un des deux freins. Mémorisez l’endroit où vous avez fini de freiner et répétez l’action avec l’autre frein. Vous pourrez voir la différence d’efficacité entre les deux freins.

Trouvez tous les produits cyclisme sur Deporvillage

Stefano Francescutti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *