Nettoyer et stériliser le bidon de cyclisme est quelque chose que nous devrions faire souvent, même si, très sincèrement, on ne lui donne pas assez d’importance.

Ce n’est pas bien. Ce n’est vraiment pas bien.

Avant tout, je dois reconnaître que j’ai moi-même sous-estimé cette nécessité :
« Avec tout ce que je mange, tout ce que je dois et ce que je respire, ça ne va pas être l’eau de mon bidon qui va me faire du mal ».

Jusqu’à ce qu’un jour, je lise une enquête et change ma manière de penser.

Rincer le bidon n’est pas suffisant ?

D’un point de vue scientifique, les polluants des bidons sont composés principalement d’algues et de micro-organismes. Comme nous le savons, l’eau et l’humidité sont un paradis authentique pour les algues, les champignons, le moisi, les bactéries, les spores, etc.
C’est pour cela que nettoyer le bidon avec de l’eau n’est pas suffisant pour éliminer tous ces microorganismes, puisqu’ils vont en plus se multiplier avec le temps.

Une seule bactérie peut se dupliquer toutes les 20-30 minutes, et les nouvelles continueront de se développer au même rythme. Imaginez ce que l’on peut trouver dans notre bidon après deux ou trois heures en vélo.

Tout cela peut arriver si l’on remplit le bidon d’eau, mais si on lui ajoute en plus des suppléments, on simplifiera la vie de nos hôtes non désirés.

La seule manière de nous défaire de ces microorganismes c’est la stérilisation.

Que provoquent les bactéries ?

Les bactéries dans les bidons n’ont pas de conséquence si elles sont en petites quantités, mais elles peuvent être problématiques si elles sont plusieurs.
Sans exagérer, nous pensons que l’un des problèmes les plus fréquents des cyclistes sont les gastro-intestinaux.
Parmi eux : l’aérophagie, les ardeurs, la diarrhée, la dyspepsie, les douleurs abdominales, le météorisme, la constipation et les nausées.

On rejette souvent la faute sur le dessert que l’on a mangé la veille, ou au croissant que nous avons pris au petit déjeuner au bar, mais… Sommes-nous sûr que ce soit bien le cas ?

Pourquoi stériliser ?

Après avoir nettoyé le bidon correctement pour éliminer le sable et la saleté, il faut le stériliser pour éliminer les éléments nocifs ou au moins, les limiter.
Nous parlons de « limiter » parce que si le processus de stérilisation a lieu dans un environnement domestique : si nous stérilisons le bidon et que nous le laissons sécher en plein air (c’est à dire, dans n’importe quel endroit de notre maison) et que nous le touchons à nouveau, les microorganismes contamineront à nouveau le récipient. Stériliser le bidon permet de réduire le niveau de bactéries pour que notre organisme ait juste à continuer d’agir contre ses attaques quotidiennes.

Les méthodes inefficaces

  • Eau du robinet : n’a aucune propriété désinfectante. 
  • Bicarbonate de soude : ce n’est pas un désinfectant, même s’il contribue à l’élimination des plus grandes particules avec son effet abrasif.
  • Vinaigre : il a 4-5% d’acidité et aucun pouvoir stérilisant. Une autre chose serait l’acide acétique… Même s’il s’agit d’un composé médical et industriel, pour autant, je ne vous recommande pas de l’utiliser.
  • Eau chaude et citron : L’eau chaude ne tue pas les microorganismes et le jus de citron ne crée pas un environnement acide au point de les détruire.
  • Lave-vaisselle : le lavage en lave-vaisselle ne désinfecte pas (la température de l’eau n’est pas suffisamment élevé et ne dure pas assez longtemps).
  • Gros sel : ce n’est pas un désinfectant et ça ne le sera jamais.
  • Congélateur ou frigo : la température pour éliminer la majorité des bactéries est de -18º, beaucoup plus basse que celle d’un frigo. Le congélateur pourrait fonctionner, mais certaines bactéries arrivent à hiberner de manière temporaire et apparaissent de nouveau avec la chaleur.
  • Vide : enlever l’oxygène empêche la prolifération des bactéries, mais il s’agit d’une méthode incomplète, c’est pourquoi il faudrait d’abord stériliser le bidon et ensuite le laisser sécher (comme on le fait pour les boites de conserve et les confitures). Trop de travail.

 

Les méthodes efficaces

  • Amukina : il suffit de submerger le bidon dans un récipient avec 1 litre d’eau et d’ajouter 20 ml d’amukina en utilisant un doseur. Après 15 minutes nécessaires pour la désinfection, il faut rincer le bidon avec de l’eau du robinet.
  • Désinfectant Milton : produit utilisé en pédiatrie pour désinfecter les biberons et autres objets pour enfants. Tout comme l’Amukina, il s’agit d’un produit optimal, polyvalent, et très conseillé pour stériliser les bidons de cyclisme. Il faut mélanger le contenu d’un bouchon de produit pour chaque litre d’eau et submerger le bidon pendant au moins 30 minutes, ensuite il faut rincer le bidon avec de l’eau.
  • Tablettes désinfectantes : selon les indications du fabricant, il faut submerger le bidon dans la quantité d’eau indiquée et ajouter une tablette du produit et, après le temps indiqué, rincer avec de l’eau abondante (Amukina comme le désinfectant Milton sont disponibles en tablettes). Certaines marques ajoutent des arômes au produit, dans ce cas, le bidon aura un goût menthe qui durera plusieurs jours.
  • Stérilisateur pour microondes : on ajoute de l’eau au récipient, on introduit le bidon ouvert et, éventuellement, son couvercle. Le récipient doit être fermé et chauffé aux microondes pendant deux minutes (2 minutes à 1100-1850 watts, 4 minutes à 850-1000 watts, 6 minutes à 500-850 watts). On les retrouve souvent parmi les produits pour bébés.
  • Stérilisateur électrique à vapeur : on peut le trouver avec les produits pour bébés des magasins spécialisés. Cette version électrique fonctionne avec le même principe qu’un stérilisateur pour microondes : la vapeur agit en fonction d’un temps et d’une température préétablis.

Vous y voyez un peu plus clair maintenant ?

Trouvez votre bidon sur Deporvillage.

Stefano Francescutti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *