CYCLISME ET BOISSON ÉNERGÉTIQUE : SONT-ELLES VRAIMENT NÉCESSAIRES ?

Vous êtes-vous déjà demandé si les boissons sportives que nous consommons fonctionnent vraiment ?

L’industrie des boissons énergétiques est une entreprise de plusieurs millions de dollars et les athlètes professionnels n’en sont pas les seuls consommateurs. Selon un rapport de 2015, 170 millions de litres de boissons pour sportifs ont été consommées rien qu’au Royaume-Uni. Quand on y pense, c’est une énorme somme d’argent.

La question qui se pose spontanément est la suivante : Sont-elles vraiment nécessaires, ou suivons-nous simplement l’exemple des champions que nous voyons à la télé ?

BOISSONS ÉNERGÉTIQUES OUI, MAIS APRÈS LA PREMIÈRE HEURE

Bien qu’il existe de nombreux avis contradictoires sur la nécessité des boissons sportives parmi les athlètes amateurs, les experts s’accordent à dire que lors de sorties de 60 minutes ou moins, dans des conditions météorologiques normales, il est bon de ne boire que de l’eau.

En revanche, si nous dépassons 60 minutes, s’il fait trop chaud ou si vous participez à une course de longue distance, vous pouvez envisager une boisson sportive pour remplacer les électrolytes et l’eau perdue.

Après la première heure de vélo, il est recommandé de prendre 30 à 60 g de glucides toutes les soixante minutes pour aider à stimuler la performance. Cependant, cela peut se faire de plusieurs façons : manger un morceau de banane, des fruits secs ou un gel énergétique, ou en sirotant une boisson sportive.

Une bouteille de boisson énergétique d’un litre contient environ 60 g de glucides sous forme de sucres simples, d’eau et d’électrolytes : la combinaison parfaite pour vous hydrater pendant vos efforts et donc là où vous transpirez le plus. Si elle est bue lentement pendant deux heures, elle fournira tous les glucides nécessaires pour continuer à avancer.

QUAND BOIRE : LE TEST DE LA SUEUR

Maintenant que nous avons compris ce que nous devons boire en fonction de l’activité que nous allons faire, nous devons savoir quelle quantité.

Nous savons que c’est subjectif et que cela dépend de la quantité de sueur que nous expulsons de notre corps.

Comme il est impossible d’avoir la bonne réponse, nous recommandons le test de la sueur : il s’agit simplement de se peser avant et après l’activité, afin d’identifier la quantité réelle de fluides perdus. 

Cliquez ici pour trouver notre article sur le test de la sueur, pour enfin comprendre combien il faut boire.

Tous les produits de cyclisme sont disponibles sur Deporvillage

Stefano Francescutti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *