FRÉQUENCE DE PÉDALAGE : AMATEURS VS. PROFESSIONNELS.

Aujourd’hui, nous parlons de la fréquence (ou cadence) de pédalage, pour comprendre ce qui est le mieux pour nous, les aficionados.

Au cours des 30 dernières années, beaucoup de choses ont changé dans le monde du cyclisme professionnel : des vélos plus légers et plus performants, de nouvelles technologies, un entraînement plus spécifique, une meilleure alimentation, et même des petites astuces, définies par la Team Sky comme des « marginal gains » où, par exemple, il est interdit de se serrer la main, pour prévenir la transmission des rhumes. 

Si nous regardons une ancienne étape du Tour ou du Giro, nous pouvons constater une grande différence dans la cadence de pédalage des cyclistes : presque tous les cyclistes de l’époque poussaient le plus fort possible, surtout au moment de l’attaque. On croyait que ceux qui pouvaient pédaler plus fort allaient plus vite. 

Nous regardons maintenant tout cela avec nostalgie et une touche de tendresse après avoir vu Froome et d’autres attaquer à plus de 100 tours/minute dans les différentes montées des étapes.

Nous avons donc appris qu’ « eux », les super-héros, vont plus vite avec une fréquence de pédalage plus élevée.
Et comme souvent, nous les avons copiés.

Mais, pour nous, les amateurs, est-ce la même chose ?

LA BONNE FRÉQUENCE POUR LES AFICIONADOS

Une nouvelle étude publiée dans l’International Journal of Sports Medicine affirme que le cyclisme à haute cadence n’est pas bénéfique pour les amateurs.

Les chercheurs ont recruté six hommes et trois femmes âgés de 21 à 55 ans. Deux d’entre eux étaient des triathlètes régionaux, six d’entre eux pratiquaient régulièrement une activité physique modérée, et un autre ne pratiquait qu’occasionnellement une activité légère.

Ces volontaires ont réalisé une série d’expériences sur un ergomètre à vélo stationnaire avec une intensité d’exercice modérée et différentes vitesses de pédalage. La force exercée sur les pédales, les réponses cardio-pulmonaires et métaboliques, ainsi que l’oxygénation des muscles de la cuisse ont été enregistrées et étudiées en continu par spectroscopie infrarouge.

Les résultats ont montré que les forces exercées sur les pédales diminuaient à un rythme plus élevé, que le rythme cardiaque augmentait de 15 % et que l’efficacité du cyclisme diminuait. Dans le cadre de cette efficacité réduite, l’oxygénation des muscles a diminué lorsque les participants ont pédalé à 90 tours/minute (la cadence la plus élevée testée).

L’auteur principal, Federico Formenti, a déclaré : « Pédaler à une vitesse supérieure à 90 tr/min est bénéfique pour les cyclistes professionnels, mais semble inefficace pour les cyclistes amateurs. En pédalant à faible intensité, l’oxygénation des muscles n’est pas affectée par la cadence, ce qui indique que les systèmes cardio-pulmonaire et circulatoire peuvent répondre efficacement à la demande des muscles

D’autre part, à une intensité plus élevée de l’exercice physique, une cadence élevée réduit l’efficacité du pédalage et l’oxygénation des muscles, entraînant un rapport réduit entre l’oxygène fourni et celui absorbé par les muscles qui s’entraînent.

Pour tout le matériel de cyclisme, il y a Deporvillage

Stefano Francescutti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *