LE MUSÉE DU CYCLISME MADONE DE GHISALLO

Le Musée du cyclisme Madone de Ghisallo a sans doute la collecte italienne la plus intéressante et importante sur le monde du cyclisme.

Il se trouve sur la place de la Colline de Ghisallo, à côté du Sanctuaire de la Madone de Ghisallo et du monument du cycliste.

QUELQUES INFORMATIONS SUR LA COLINE DE GHISALLO

La colline de Ghisallo est un pas frontalier avec une altitude de 754 mètres, qui connecte la Valassina avec la partie du Triangolo Lariano, qui divise les deux côtés du Lac (Côme et Lecco). Nous avons déjà parlé dans ce post de la fameuse montée qui conduit à la colline.

COMMENT SE RENDRE AU MUSÉE DU CYCLISME MADONE DE GHISALLO

On peut rejoindre le côté sud en voiture, qui conduit au sentier depuis Erba, en passant par Asso (c’est d’ailleurs la manière la plus rapide mais aussi la moins spectaculaire). On peut arriver à Bellagio depuis Côme ou Lecco en passant par le lac long et parcourir ensuite la montée du côté nord, la plus jolie et historique.

Il a de nombreuses places de parking sur la place du musée et ce n’est jamais difficile de trouver une place libre.

Le vélo est la meilleure manière de se rendre au Musée. De quel côté ? Du côté nord, évidemment. Il y a un râtelier à vélos aux alentours du Musée du cyclisme et ceux-ci sont surveillés par les personnes qui se trouvent au guichet. Ne vous inquiétez pas, on peut leur faire confiance.

L’HISTOIRE DU MUSÉE

Comme je vous l’ai dit, sur la place de la colline de Ghisallo, on découvre premièrement l’Église du Sanctuaire de la Madone protectrice des cyclistes. Depuis plusieurs décennies, la tradition disait que les champions du cyclisme devaient donner leurs propres reliques à l’intérieur de l’église.

Nous allons retrouver par exemple le vélo de Coppi, Bartali et Merckx, le vélo de Moser utilisé pour la record de temps et de nombreux t-shirt colorés, roses et jaunes.

Comme vous pouvez l’imaginer, il y a eu de plus en plus de reliques au cour des années, et l’église devenait trop petite pour toutes les posséder.

C’est à partir de là qu’est né le Musée du Cyclisme.

Le musée a été inauguré à l’occasion du Tour de Lombardie, le 14 octobre 2016, avec une cérémonie durant laquelle se trouvait un nombre important de champions d’hier et d’aujourd’hui.

LE MUSÉE DU CYCLISME MADONE DE GHISALLO

Personnellement, j’aime me rendre au musée du cyclisme à vélo. Une fois que j’ai laissé mon vélo sous surveillance, je paye le ticket et j’entre dans le musée.

La première chose que je fais c’est d’enlever mes chaussures et de les ranger dans l’armoire à chaussures. J’utilise ainsi les chaussures prêtées par le musée. Maintenant, je commence le tour confortablement.

LES SECCIONS

Le musée du cyclisme dispose de 3 étages et est divisé en plusieurs sections, toutes plus intéressantes les unes que les autres.

Au deuxième étage, on retrouve l’entrée, la zone de merchandising, le petit bar ainsi qu’une librairie.

En descendant les 3 rampes, qui rappellent beaucoup nos chères montées courbées, je retrouve une exposition photographique avec le thème « Tour d’Italie », avec beaucoup de photos en noir et blanc.

Au premier étage, nous entrons au cœur du musée. C’est ici que se trouve le plus grand nombre de reliques et les sections les plus importantes.

L’étage principal est la zone de bureaux, d’expositions temporelles et des salles de conférences.

DÉVELOPPEMENT VÉLO DE ROUTE – DÉVELOPPEMENT VÉLO DE PROMENADE – VÉLO DE GUERRE

Comme je vous l’ai déjà dit, le cœur du musée se trouve au premier étage. C’est là que commence la vraie visite, avec un carrousel à vélo, dès plus vieux aux plus neufs. On a donc la possibilité de comprendre l’évolution des vélos et leurs matériaux ainsi que la structure de leur composants. Du boit au carbone, des pignons fixes aux premiers changements jusqu’aux nouvelles technologies. La perle rare selon moi ? Le premier Bianchi pliable, parmi les vélos militaires.

LE MUSÉE DU CYCLISME MADONE DE GHISALLO

RELIQUES

La section reliques est la partie principale de tous les musées : c’est là ou l’on trouve les cadeaux importants et protégés de grande valeur des champions du cyclisme. Ils sont exposés selon le principe de rotation et de double répartition du musée ; les reliques peuvent ainsi passer du Sanctuaire au musée et vice-versa. On peut exagérer parmi les anciens vélos et les vêtements salis par la boue datant de plus de 50 ans.

MAILLOT ROSES

Juste dessous les rampes de la descente, au premier étage, vous allez trouver la plus grande collection de maillot roses du monde, dans laquelle apparait l’arrivée récente du : T-shirt rose 1984 de Francesco Moser, remis il y a peu de temps : le 14 août 2017.

GRANDE ENCYCLOPÉDIE DU CYCLISME

En suivant le tour, parmi les t-shirt colorés avec une signature manuscrites des champions et même quelques vélos leur appartenant, on arrive à la section : grande encyclopédie du cyclisme : Avec une série d’agrandissements photographiques et de panneaux de texte qui apparaissent par ordre chronologique, les profils des grands champions de toujours, avec des informations sur certaines des conquêtes et la manière dont elles ont été réalisées.

24+24

La section 24+24 est selon moi, une des plus intéressantes. Il s’agit de deux anneaux de 24 « drapeaux » chacun, dans lesquels se trouvent les bibliographies des coureurs gagnants les plus importants. Vous souhaitez passer un bon moment ? Consultez la bibliographie de Mercx… Ils ont du réduire les caractères de l’écriture afin que tout puisse rentrer !

CIAK ET CHAMPIONS

Au final, c’est une section audiovisuelle : des films, des courts-métrages et des documentaires traitant du cyclisme dans tous ses aspects sont projetés sur écrans et dans différentes parties du musée. De plus, à la fin du tour, on peut entrer dans une « salle de cinéma » ou les films sont projetés sur grand écran.

CONCLUSIONS

Je conseille vraiment aux passionnés de cyclisme de prendre le temps de visiter le Musée du Cyclisme. C’est vous qui déciderez du temps que vous y passerez. Vous pourrez vous porter comme recordman et tout observer en un tour d’horloge, ou comme un randonneur qui y consacre plusieurs heures avec calme et tranquillité.

Dans les deux cas, je suis certain que vous aller sortir très satisfaits de la visite, comme d’une longue montée. Et après une longue montée, vous avez bien mérité votre moment de détente.

 » Un verre ? « 

 » Oui, s’il vous plait. « 

INFO

  • Le musée est ouvert du mois de mars au mois de novembre, 7/7 jours, de 9h30 à 17h30
  • Le coût de la visite est de 6€, mais si vous venez à vélo, vous avez droit au prix réduit de 5€
  • Le Musée organise de nombreux évènements tout au long de l’année, vous trouverez ici le calendrier officiel

Stefano Francescutti

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here