L’équipement complet du Trail Runner : Accessoires

L’équipement de trail runner est une affaire sérieuse. Il est maintenant temps de parler des accessoires, qui, dans le domaine du trail running, sont tout sauf des accessoires : ce sont des produits dont vous ne pouvez pas vous passer !

Voici une liste des éléments indispensables pour courir en montagne.

1. Le sac à dos

Première règle : achetez-le plus petit que ce à quoi vous pensiez. Plus le sac à dos est grand, plus on le remplit de choses inutiles. Mais petit comment ? Un sac à dos de 8 ou 10 litres est idéal, mais la véritable différence réside dans la présence de plusieurs poches, zippées et non zippées. Il est clair que nous parlons d’un sac à dos pour les courtes distances, jusqu’à 60/70 km :  Si l’on parle d’ultra trails ou d’excursions de deux jours, il est évident que le volume change, car l’équipement minimal nécessaire augmente.

Dans ce cas, il est indispensable d’avoir des poches pour les bidons (nous en parlerons dans la section sur l’hydratation), une grande poche principale et d’autres poches, avec au moins une poche étanche pour les objets de valeur tels que les clés de voiture, les cartes de crédit et un peu d’argent liquide. Bien sûr, le sifflet d’urgence est également indispensable.

Une autre caractéristique importante du sac à dos est la possibilité d’y attacher des bâtons.

2. L’hydratation

La différence entre la course sur route et le trail est que, pour ce dernier, vous pouvez vous retrouver dans une situation d’urgence soudaine et à des kilomètres du premier refuge. L’hydratation joue donc un rôle essentiel.
Il existe deux options.

  1. Le Camel bag : un sac qui se glisse dans la poche d’un sac à dos et dans lequel on boit grâce à un petit tube. Certains l’apprécient et d’autres non. C’est une solution très confortable parce qu’il se place à un endroit où le poids est très bien réparti. En revanche, impossible de voir combien de liquide il reste dedans. 

  1. Le bidon : il y a ceux que l’on porte à la main, ceux que l’on place sur la poitrine et ceux que l’on met dans les poches dédiées du sac à dos. La seule règle fondamentale est que vous ne devez absolument pas utiliser de bidons de cyclisme ! Deux flacons en silicone d’un demi-litre sont bien plus adaptés : pour faire sortir l’eau, il faut presser l’embout avec les dents. Tout débordement accidentel sera ainsi évité. De plus, comme il s’agit d’une bouteille souple, son volume diminue au fur et à mesure que l’on boit, ce qui indique immédiatement la quantité d’eau restante. Enfin, après la première gorgée, l’air s’échappera également du flacon, de sorte que le liquide restant ne fasse pas de bulles.

3. Le gobelet

Le verre du trail runner est l’évolution de l’ancienne tasse de randonnée en métal. Nous vous recommandons d’acheter un gobelet en silicone hypoallergénique, qui est très léger.

4. Les lunettes

Certains diront que c’est un accessoire de plus, pour nous, non. Le soleil est un allié, mais il peut générer des problèmes sur les longs parcours : rappelez-vous que Baldini, selon ses propres mots, a remporté les Jeux olympiques grâce à ses lunettes, qui lui permettaient de garder le visage plus détendu et donc d’utiliser moins d’énergie.

5. Les bâtons 

 Il y a ceux qui les adorent et ceux qui les détestent. Souvent, ceux qui les détestent ne savent pas bien les utiliser. L’avantage des bâtons est indéniable : ils protègent votre dos et vos genoux, et vous permettent de dépenser beaucoup moins d’énergie. Il existe des tutoriels sur la façon de les utiliser, mais les conseils d’un ami sont encore plus utiles. N’oubliez pas de toujours les tenir avec les pointes vers l’avant et vers le bas, si vous les tenez dans votre main (comme un parapluie). Les autres runners vous en remercieront.

Quel type de bâton devriez-vous acheter ? Fixes ? Pliables ? Télescopiques ? Longueur réglable ou fixe ? Incurvés ? Tout cela est très subjectif et la réponse apparaît après de nombreux tests. Les modèles télescopiques ont tendance à être plus fragiles mais sont pratiques, tandis que les non pliables doivent être tenus en permanence dans la main, mais sont légers et bon marché. En bref, chacun a ses avantages et ses inconvénients. Il existe aussi les bâtons incurvés : certains les adorent. Ils ont une sangle qui permet de les porter en bandoulière, comme un sac.

6. La montre

Il y en a beaucoup, toutes performantes : pas besoin de les décrire ici. Mais ce que nous souhaitons vous dire, c’est que la montre est un accessoire indispensable, car nous ne pouvons pas nous passer d’altimètres et de cartes. Surtout de cartes, car elles peuvent nous venir en aide dans des situations très compliquées. 

7. Les manchettes

Fortement recommandées : il suffit souvent de couvrir une petite partie du corps pour se sentir bien partout. De plus, elles prennent très peu de place, alors pourquoi s’en passer ?

8. Les gants

Les extrémités sont les premières à avoir froid. Le gant est donc un accessoire indispensable. Un conseil : Si vous courez sous une pluie battante, vous devriez envisager de porter des gants vraiment imperméables pour éviter d’avoir mal aux mains.

Stefano Francescutti

Résumé
Nom de l'article
L’équipement complet du Trail Runner : Accessoires
Description
L'équipement complet du Trail Runner : Accessoires L'équipement de trail runner est une affaire sérieuse. Il est maintenant temps de parler des accessoires, qui, dans le domaine du trail running, sont tout sauf des accessoires : ce …
Auteur
DeporVillage
Nom de l'éditeur
DeporVillage
Logo de l'éditeur
L’équipement complet du Trail Runner : Accessoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.