La montée du Teide en vélo de course

L’objectif de ce poste est de me pas tourner autour du pot : la montée du Teide en vélo de course n’est pas un parcours que l’on peut faire chaque jour, principalement pour deux raisons :

  1. La logistique : à moins que vous ne viviez sur l’île de Tenerife, pour arriver au Teide vous devez prendre un avion et voler plusieurs heures.
  2. La montée : un minimum de 2300m de dénivelé vous attend en moins de 45km. Vous rappelez-vous de la montée du Nivolet ? Et bien elles sont plutôt similaires…

Cela commence à vous tenter ?

La montée du Teide en vélo de course

 

Plus d’information sur le Teide et Tenerife

Le Teide est un volcan encore actif, situé sur l’archipel des Canaries, sur l’île de Ténérife plus précisément. Avec ses 3718m s.n.m., c’est la montagne la plus haute d’Espagne. Le chemin bitumé arrive jusqu’aux 2365m s.n.m., là où se trouve le téléphérique pour atteindre le sommet du volcan.

Le nom Teide provient du mot Echeyde : Enfer (très certainement pour une bonne raison…)

 

Arrivée à Tenerife

Comme je vous l’ai déjà dit au début du post, pour monter au Teide, nous devons nous rendre à Tenerife. Nous avons deux options :

  • Option 1 : voyage en avion. Les deux aéroports de l’île sont très actifs.
  • Option 2 : y aller en bateau. Du sud de l’Espagne, ce sont 3 jours de navigation.

 

Où dormir

Vous pouvez dormir dans n’importe quelle zone de l’île, mais si vous voyagez en famille ou si vous avez besoin de tranquillité, je vous conseille la zone nord.

Par ailleurs, si vous voulez dépenser toute l’énergie qu’il vous reste après la montée du volcan, la zone sud est faite pour vous.

 

Le choix

Avant de commencer, il faut décider par où monter pour atteindre le sommet du volcan. Je vous préviens que la possibilité de choisir le côté « moins difficile » n’existe pas.

Indépendamment de l’endroit par lequel vous commencez, vous partirez de la mer et arriverez à 2356m d’altitude.

La montée du Teide : la zone Sud

La montée à vélo depuis la partie sud nous dirige vers la zone située entre los Cristianos et le Médano : une grande variété de chemins vous emmènera jusqu’à Vilaflor. De fait, la première partie est semblable concernant toutes les options : bitume ensoleillé, absence de végétation, vues merveilleuses sur la côte et inclinaison constante.

Depuis Vilaflor, il y a un changement drastique et nous commençons à pédaler dans les forêts de conifères, où le rouge est la couleur prédominante : c’est sans aucun doute ma partie préférée. Après plus de 20km de paradis, nous arrivons sur le plateau, où le paysage est un enchantement formidable : les arbres laissent place aux roches volcaniques, et en quelques secondes nous avons l’impression de nous trouver sur une autre planète. Il n’est pas étonnant qu’à différentes occasions, ce soit la zone choisie pour le tournage de films de science-fiction.

Nous arrivons au téléphérique, ce qui indique que nous avons déjà passé le plus dur. La seule chose qui manque c’est de manger et de boire jusqu’à notre arrivée à l’hôtel, où nous trouverons de nombreux professionnels qui s’entraînent en altitude.

 

La montée du Teide : la zone Nord

La montée par le côté nord commence sur le Port de La Cruz, en passant par l’Orotava, un village situé à 390 m s.n.m. La première partie est la plus compliquée, surtout à l’intérieur du village, où nous trouvons des montées de plus de 25% d’inclinaison. Mon conseil est de n’abandonner la rue TF-21 à aucun moment.

À partir de là, nous entrons dans la zone boisée qui semble ne jamais se terminer : 30Km avec 5,5% d’inclinaison et peu de courbes. Ensuite, nous arrivons à Las Cañadas del Teide, où le plateau qui nous mène à la zone du téléphérique commence, et se trouve à la fin de la montée.

 

La montée du Teide : la zone Nord-Est

Le parcours du côté Nord-Est commence dans la capitale de Santa Cruz de Tenerife. C’est la plus longue de toutes les options, avec ses 63km de montée qui couvrent un dénivelé de plus de 2300m. Le départ, comme dans tous les cas, suit une pente constante jusqu’à arriver au plateau dans Les Cañadas del Teide, tout comme la montée par la partie nord.

 

La montée du Teide : la zone Ouest

La montée à vélo par la partie Ouest commence sur la Plage de San Juan, et c’est pour moi la plus épuisante en raison des indénombrables et des longues lignes droites ; même tout au long de l’océan ou pendant les derniers kilomètres sur le plateau. Dans ce cas, nous passons par la mer de lave, qui mérite une zone exclusive.

La montée du Teide : la mer de lave

Si vous souhaitez monter du côté nord ou nord-est, je vous conseille de rallonger un peu le parcours et d’atteindre la partie Ouest du plateau, où se trouve la mer de lave.  Ce sont 3km submergés sur la partie la plus noire des roches volcaniques, une expérience incroyable.

 

Conclusions

Cela peut être dû à l’énergie du volcan et au changement de paysages continu pendant les 50km du parcours. Cela peut être pour la force de l’océan ou de la chaleur torride qui se présente à nous. Cela peut être dû au sourire des cyclistes indénombrables que nous rencontrons, dans des conditions de fatigue extrême. Ou, pourquoi pas, pour la longueur infinie du parcours. Même pour le mélange de tous ces facteurs. Ce qui est clair c’est que la montée du Teide est quelque chose de vraiment unique, et très difficile à expliquer avec de simples mots.

Il faut le tester au moins une fois dans sa vie.

Et pour terminer, cette sensation de relax est méritée lorsque vous entrez dans un bar…

« Voulez-vous borie quelque chose ? »

 » Oui, une bière s’il vous plait. « 

Recommandations :

  • Il faut faire attention à la saison que vous allez choisir : en été il fait très chaud, autant au niveau de la mer comme à 2000m d’altitude. En hiver, la neige est garantie à 2000m.
  • N’oubliez pas de prendre de l’eau : il y a très peu de fontaines sur l’île, il est donc très compliqué de trouver de l’eau potable lors des montées.

 

Stefano Francescutti

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here