SUR UN VÉLO ENRHUMÉ : Oui ou non ?

Hiver, vélo, rhume. Qu’allez-vous faire ? Un rhume peut être la fin du programme d’entraînement le plus rigoureux et le plus réfléchi, surtout s’il signifie « pas de sortie vélo ».

Mais comme vous le savez peut-être, les rhumes et les grippes sont particulièrement fréquents à cette époque de l’année et il peut être difficile de suivre un programme d’entraînement lorsque vous n’êtes pas en pleine santé.

Il existe essentiellement deux types de maladies différentes qui nous affectent communément. La première est la grippe, causée par des virus connus sous le nom de grippe A ou B. La seconde est le rhume, causé par des virus appelés coronavirus et rhinovirus.  

GRIPPE

La grippe est beaucoup plus ennuyeuse qu’un simple rhume, car elle s’accompagne souvent de douleurs et de fièvre.  Par conséquent, le système immunitaire est beaucoup plus stressé par la grippe que par un simple rhume. À ce stade, l’entraînement serait non seulement préjudiciable à la récupération, mais aussi à la santé. 

Partons de ce principe : l’entraînement, qui peut nous aider à gagner en muscle, à perdre en graisse et à nous sentir bien, est une activité catabolique. Cependant, le corps doit être en bonne santé pour passer de l’état catabolique, causé par l’exercice physique, à un état anabolique de récupération et de croissance musculaire. Ainsi, si vous avez la grippe, votre corps est déjà aux prises avec un état catabolique causé par le virus de la grippe lui-même.  L’entraînement à la bicyclette ne ferait qu’ajouter au catabolisme, ce qui à son tour affecterait négativement le système immunitaire contre le virus, aggravant ainsi la maladie. Par conséquent, aucune activité physique ne doit être pratiquée si vous êtes dans cette situation. Une fois la grippe passée, vous pouvez reprendre lentement votre programme d’entraînement, mais sans trop « forcer ».

RHUME

Si, en revanche, le rhume est léger (nez qui coule, toux légère, éternuements), vous pouvez vous entraîner, ou du moins essayer. Bien sûr, il serait sage de réduire l’intensité au minimum.  Encore une fois, si le virus du rhume vous fait mal à la gorge et à la tête, il est préférable d’arrêter l’entraînement jusqu’à ce que les symptômes disparaissent. Ne rendez jamais difficile la lutte du système immunitaire contre le virus en introduisant une plus grande activité catabolique : n’oubliez donc pas de maintenir une faible intensité.

CONSEILS

La chose la plus importante à retenir lorsque vous ne pouvez pas pédaler pour cause de maladie est de ne pas paniquer, surtout si vous avez acquis une bonne base d’entraînement au cours des mois précédents. L’entraînement précédent sera maintenu, malgré l’arrêt forcé. 

Ensuite, il faut suivre une approche en trois étapes pour revenir de n’importe quelle blessure ou maladie : fréquence, durée, intensité.

Tout d’abord, vous devez recommencer à vous entraîner en revenant lentement à la fréquence d’avant l’arrêt, sans avoir peur de faire marche arrière sur la route si nécessaire. Enfin, le volume d’entraînement (c’est-à-dire le nombre d’heures) sera augmenté, jusqu’à faire un tour complet, et l’intensité récupérée.

Pour tout le matériel de cyclisme, il y a Deporvillage

Stefano Francescutti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *