Tubeless pour les vélos de route : 10 mythes à démentir

Le tubeless pour les vélos de route a toujours été considérée comme une mauvaise idée. Il y a des années, lorsque l’industrie du vélo a essayé d’imposer cette norme au cyclisme sur route, ce fut un échec. Pas tant parce qu’il était encore tôt, mais parce que le vélo tubeless de l’époque avait des spécifications techniques et des caractéristiques d’installation plus difficiles que le vélo tubeless actuel.

La situation a beaucoup changé, notamment grâce à l’essor du marché des pneus VTT tubeless, au point que les plus grandes marques produisent des pneus tubeless et se positionnent en première place sur le marché.

C’est pourquoi, dans cet article, nous allons essayer de dissiper certains mythes, pour être honnête et vous donner des arguments qui vous permettront de choisir l’option qui vous convient le mieux.

1 – LE TUBELESS EST PLUS LOURD QUE LE PNEU DE ROUTE

Si cela était vrai pour les premiers tubulaires, ceux d’il y a une vingtaine d’années, la situation a maintenant changé. En fait, les anciens pneus tubeless UST avaient des crampons plus robustes que les pneus actuels et, de la même manière, avaient une structure plus épaisse : le poids du pneu était donc plus élevé que celui des pneus de route (bien qu’il soit toujours inférieur à celui de la combinaison « pneu + chambre à air »). 

Les pneus tubeless modernes ont la même structure que les pneus, de sorte que le poids par rapport aux pneus non tubeless est pratiquement le même. En fait, si nous soustrayons le poids de la chambre à air inférieure, l’économie de poids sera encore plus importante.

2 – LES TUBELESS SONT AUSSI SOUPLES QUE LES ENVELOPPES

C’est une erreur. Le Tubeless est plus souple qu’une enveloppe de pneu ! Les grammes en moins, dont nous venons de parler, se trouvent à la périphérie du pneu, ce qui présente également un avantage en matière de résistance au roulement. 

Et le liquide d’étanchéité ? C’est vrai, c’est lourd, mais moins qu’une chambre à air. Il ne pèse qu’environ 40 grammes. 

3 – LE TUBELESS EST DIFFICILE À MONTER

Si c’était le cas avec les anciens tubeless, grâce à la rigidité de leurs blocs, nous pouvons maintenant dire sans risque que ce n’est plus le cas.

Comme nous l’avons déjà dit, les pneus tubeless d’aujourd’hui ont des crampons identiques aux pneus : par conséquent, l’ajustement sera également identique.

4 – PAS DE CREVAISON AVEC LE TUBELESS

C’est faux, surtout avec les nouveaux pneus tubeless qui ont la même structure que les pneus à enveloppe. 

On peut dire qu’avec les tubeless, on crève moins pour deux raisons principales.

La première est qu’en l’absence de chambre à air, vous ne pouvez pas la « crever » ; la seconde est que le liquide anti-crevaison est capable de boucher les plus petits trous par tout seul, sans que vous vous en aperceviez.

5 – AVEC DES PNEUS TUBELESS, IL EST POSSIBLE DE MOINS GONFLER LES PNEUS

C’est une idée erronée : le tubeless doit être gonflé à la pression recommandée par les fabricants, surtout si l’on veut éviter une perte de pression soudaine pendant la conduite ou une défaillance structurelle sur le côté de la jante.

Mais il est vrai que si, par exemple, nous devons pédaler sur les pavés, le pneu tubeless nous permet de maintenir la pression la plus basse, sans courir le risque de pincer la chambre à air.

6 – LES JANTES TUBELESS READY UNIQUEMENT AVEC TUBELESS, SANS ENVELOPPE.

La forme interne des jantes « tubeless ready » est conçue et réalisée pour accueillir les deux types de pneus. Il n’y a rien à ajouter à ce sujet.

7 – AVEC LE TUBELESS, IL EST DIFFICILE DE RÉPARER UNE CREVAISON.

Non. C’est exactement la même chose, à l’exception de différences opérationnelles mineures.

Le vrai problème est que s’il y a une déchirure dans l’enveloppe assez grande pour ne pas être « couverte » par le liquide anti-crevaison, vous risquez de vous retrouver à l’arrêt.+

En revanche, avec une enveloppe, souvent vous rentrerez chez vous même si le trou est évident (il faut un peu de chance pour éviter qu’un autre verre ne se coince dans le même trou).

Alors, mon conseil : même si vous sortez avec un tubeless, ayez toujours une chambre à air avec vous !

8 – AVEC LES BONS ACCESSOIRES, VOUS POUVEZ AUSSI TRANSFORMER VOS JANTES À PNEU EN TUBELESS

Quel risque ! Les côtés d’une jante à pneu ont une structure interne qui ne peut garantir une étanchéité à 100% : même si cette conversion fonctionne au départ, c’est que des pertes de pression soudaines peuvent se produire pendant que vous roulez. Rappelez-vous toujours que l’asphalte fait mal !

9 – LE TUBELESS PERD RAPIDEMENT EN PRESSION

Et pourquoi ? Si le pneu tubeless est correctement monté et que la quantité de liquide d’étanchéité utilisée est adéquate, il n’y a aucune raison de penser que le pneu peut se dégonfler rapidement, ou du moins qu’il peut perdre de la pression plus rapidement qu’habituellement avec son concurrent le plus direct, le pneu. 

10 – LE TUBELESS A BESOIN DE PEU D’ENTRETIEN. QUAND IL EST USÉ, IL SE CHANGE

Non ! Le produit d’étanchéité à l’intérieur du tubeless se dégrade et/ou s’évapore avec le temps. Cela exige de l’utilisateur qu’il accorde une attention particulière au remplacement du liquide lui-même. La fréquence de remplacement du liquide est variable : elle est directement proportionnelle à la température ambiante (en été, il sèche plus tôt) ou à la fréquence d’utilisation (plus le vélo est utilisé, plus le liquide a tendance à se dégrader). Dans tous les cas, il est recommandé de vérifier l’état et la quantité du liquide d’étanchéité au moins tous les 4 à 5 mois.

Retrouvez tous les produits de cyclisme  sur Deporvillage

Stefano Francescutti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *